bandeau_transparent_2016_08_02_bordure

On a eu un chouette meeting!

Didier, Noémi, Yusra, Swann, Rami et Jean se sont bien amusés ce weekend.

Ce weekend, on avait piscine. Enfin, plus que ça, on avait meeting. Meeting international, même. Un truc terrible!

On est donc allé à la piscine des Vernets et il y avait un tas de monde. Un tas de nageurs qui nageaient drôlement vite. Et un tas de gens qui criaient pour encourager les nageurs, qui de toute façon n’entendaient pas, vu qu’ils avaient un bonnet sur la tête et que la tête était la plupart du temps sous l’eau.

Presque tous ces nageurs sont devenus nos copains.

Il y avait Yusra. Elle vient de Syrie, mais nage en Allemagne. Son histoire est terrible. Pour fuir son pays en guerre, elle a dû nager en pleine mer pendant 3h1/2, avec deux autres personnes en poussant un bateau rempli de passagers et qui était tombé en panne. Et puis il y avait Rami, un copain à Yusra. Lui aussi a fui la Syrie. Mais s’il n’a pas dû nager en pleine mer, son parcours pour arriver en Belgique où il vit maintenant est terrible aussi. Yusra et Rami sont allés aux Jeux Olympiques de Rio et, là-bas, ils ont été acclamés dans un stade de 90’000 personnes. Terrible! Catherine, qui leur a demandé de venir au meeting ce weekend à Genève, elle a eu une drôlement bonne idée!

A ce meeting, il y avait d’autres nageurs qui sont allés aux Jeux. Il y avait Yannick, un Allemand. Un type immense qui sourit tout le temps et qui nage encore plus vite que les autres. Beaucoup! Il y avait Noémi, une fille très chouette. Son 100 mètres libre dimanche, c’était quelque chose. On comprend pourquoi elle est allée à Rio l’année passée et pourquoi elle veut aller à Tokyo dans trois ans.

Et puis il y avait Swann. On ne peut pas la rater: c’est la grande tige. A une époque Swann nageait plus de cent kilomètres par semaine. Oui, par semaine. Une fois elle a nagé une course de 5 kilomètres et elle est devenue championne du monde. Normal, quand tu nages 100 kilomètres, c’est trop facile 5 kilomètres.

Mais bref. Comme Swann aime son club et que le club aime Swann, le club a décidé l’année passée de rebaptiser son grand meeting Meeting international Swann Oberson. C’est drôlement impressionnant comme nom.

Tellement impressionnant que des gens viennent de partout pour y nager. Du Liban, du Maroc, de France, du Portugal, de Suisse, de Moldavie, de Roumanie, des Pays-Bas, d’Espagne. Ils sont chouettes tous ces nageurs. Bon, les Espagnols étaient toujours en retard aux cérémonies protocolaires, au point que Francisco devait aller les chercher, mais ils sont chouettes quand même. Chez les Portugais, les filles étaient terribles. Elles nageaient comme des fusées.

On a eu un joli défilé avec les plus jeunes nageurs du club

Le meeting a même eu le droit à deux articles dans le journal. Deux articles en trois jours. Et il y a eu un joli défilé aquatique avec des petits nageurs, pas des nains, non, non! Des nageurs qui ont 7, 8, 9 ou 10 ans.

On m’a dit que pour qu’un meeting comme ça puisse avoir lieu, il faut des tas d’adultes habillés en blanc avec des sifflets. C’est un peu comme le Bouillon et Monsieur le directeur, mais en plus sympa. Comme Ursula. Ursula a une fille, Laurence. Elle mange tout le temps. Mais elle n’est pas grosse. Non, non! Laurence, elle nage aussi. Alors elle mange.

L’équipe à Laurence, on ne peut pas la rater. Ils sont tous habillés en orange. Certains nagent super vite. Comme Ilias, qui, à écouter Didier, a super bien nagé ce weekend. Un phénomène ce Didier. Une vraie machine à statistiques. Il paraît qu’il va devenir directeur à la place de Jean.

Et il y a aussi tous ces gens qui vont et qui viennent. Comme Martine qui nous amène des sandwiches. Ils sont trop bons ses sandwiches. Ou Soly qui passe son temps à compter des feuilles, à imprimer des coupons. Ou le contraire, je ne sais plus. Ou Véro qui donne parfois l’impression d’être en même temps à deux endroits différents.

Les gens à la buvette, les gens de la Ville, les gens importants, pour les podiums, les gens devant les ordinateurs. Cela en fait du monde.

Bref, c’était fatiguant, parfois un peu stressant, mais tout le monde est reparti content. Et beaucoup reviendront l’année prochaine. Parce qu’on a eu un chouette meeting.

En savoir plus:

Merci à René Goscinny de nous avoir offert Le Petit Nicolas et pardon de l’avoir maltraité!
Share Button