bandeau_transparent_2016_08_02_bordure

A gauche, les «Romands», à droite les «Suisse», partout, le NSG

L’équipe présente aux Championnats de Suisse

Weekend multifronts pour la natation romande, donc pour le NSG aussi… A Couvet, les 16 et 17 novembre, avaient lieu les Championnats romands d’hiver. A quelques kilomètres de là, à Neuchâtel, se déroulaient, du 15 au 17 novembre, les Championnats de Suisse en petit bassin.

Pour le NSG, les choses étaient, au départ, claires. Les entraîneurs avaient choisi: les plus jeunes à Couvet, les autres à Neuch’. En gros et on ne finasse pas, parce que tel ou tel nageur a fait un peu des deux et que telle nageuse aux «Suisse» (oui, sans s) était plus jeune que telle autre qui était aux «Romands» (oui, avec s, et ce n’est pas pour compliquer une situation déjà, d’elle-même, assez complexe). De toute façon entre Neuchâtel et Couvet il n’y a qu’un val et il est de travers. Donc, on se répète, pas de quoi finasser.

Et les résultats? Bons, dans l’ensemble. Avec quelques jolies perles. A plus forte raison qu’ils s’agit de deux compétitions en catégorie générale.

Ena Vidakovic (à gauche) et Julie Richardont cartonné aux Championnats romands
Ena Vidakovic et Julie Richard ont cartonné aux Championnats romands

Commençons par les Championnats romands. Angela Lacore s’est fait plaisir dans sa discipline de prédilection, le papillon: or, sur 50 et 100, bronze sur 200 pap et 200m 4 nages. Toujours en pap, magnifique titre de Julie Richard (13 ans) sur le 200 avec record romand à la clé. Toujours chez les filles, Chiara Mc Laughlin a été dominante en libre: 1ère sur 200, 2e sur 400 et 1ère sur 800. Avec une belle 2e place sur le 400 m 4 nages.

Les garçons s’en sont beaucoup remis à Rayan Dali avec ses trois podium en pap (or sur le 200) et ses deux podiums en quatre nages (1er sur le 200). Au final, une très belle deuxième place au classement des médailles.

Sans transition, les Championnats de Suisse.

On y a retrouvé deux vieilles connaissances, Laurence Wehrli et Ilias Eberhard, spécialistes du dos. Une fois de plus, ils ont rivalisé avec les meilleurs, en terminant tous deux 9e sur le 200 dos.

Mais derrière les portes drapeaux des fanions grandissent. Ena Vidakovic, 14 ans, a rappelé qu’elle avait le potentiel pour devenir une des meilleures brasseuses du pays.

En savoir plus:

Share Button